Loading...

La filière littéraire

Pour la majorité d’entre vous, la filière littéraire est considérée comme la filière générale la moins prestigieuse. D’où cela vient-il ? Est-ce fondé ? Nous vous en disons plus.

Critiques et préjugé

La filière L est la filière générale qui reçoit le moins d’élèves chaque année. Pour beaucoup de lycées, le nombre d’élèves littéraires n’est bien souvent pas suffisant pour constituer une classe.

La L est également la cible de préjugés et de critiques. En effet, certains élèves intègrent la L parce qu’ils ont été refusés en S ou en ES lui fabricant ainsi une réputation d’exutoire. On pourrait d’ailleurs penser qu’une des raisons principales d’intégrer la L est l’abandon des matières scientifiques. Or c’est loin d’être toujours le cas en fonction du choix de votre enseignement obligatoire.

La filière littéraire : Pour qui ?

La filière littéraire attire les élèves qui ont des prédispositions pour la littérature, les langues et l’histoire-géographie. A travers ces deux années, ils vont construire un bagage conséquent pour leurs études supérieures notamment avec la constitution d’une solide culture générale mais aussi avec le développement de facultés telles que la rédaction, l’élocution, l’analyse, la réflexion et le sens critique.

Pour ceux doutant du niveau de mathématiques, le programme de maths de L est le même que celui des ES en 1ère et terminale (hors option maths) donc pas d’inquiétudes. Il est également possible de les abandonner en choisissant un autre enseignement obligatoire. Les choix sont multiples : langues vivantes ou mortes, arts (cinéma, danse…) ou Cirque.

Les débouchés de la filière littéraire

La majeure partie des élèves de L ont pour projet professionnel une carrière axée sur les sciences humaines : le journalisme, le droit, la politique, le domaine artistique, l’édition, etc. Mais cette liste n’est pas exhaustive.

Contrairement à ce que les gens pensent, la L possède autant de débouchés que la ES. En effet, pour ceux ayant pris la spécialité maths, vous avez la possibilité d’intégrer des écoles de commerce. Le fait que vous ayez arrêté l’économie depuis la seconde n’est pas un obstacle, comme ce n’en est pas un pour les S. Les écoles de commerce sont donc tout à fait à votre portée quoi qu’on vous en dise ! Vous pouvez également intégrer les prépas, les IEPs, les universités de droit, les écoles de communication ou d’hôtellerie…

Choisir sa filière, c’est prendre en considération son projet professionnel mais aussi ses aptitudes. Si vous n’êtes pas un féru d’économie ou de matières scientifiques, pourquoi choisir une ES ou une S ? Un bon dossier de L sera plus favorisé qu’un dossier moyen d’une autre filière. Ainsi, choisir sa filière c’est choisir la voie où l’on réussira le mieux et où l’on s’épanouira.

Mon témoignage en tant qu’ancienne L

En tant qu’ancienne L mon parcours pourra peut-être inspirer certains d’entre vous. Je voulais au départ aller en ES car c’était la filière la plus générale à mes yeux. Je n’aimais pas la physique et la SVT donc la question de la S ne se posa pas, et pour ce qui est de la L disons que je ne l’avais pas pris en compte dans mes choix.

Jusqu’à la fin de mon année de seconde, mon projet était la ES malgré mon goût peu prononcé de l’époque pour l’économie. Le doute se posa en fin d’année quand je dû faire mon choix d’orientation. J’étais une très bonne élève en anglais et en littérature et j’aimais beaucoup l’histoire. Mes professeurs me conseillèrent alors la L mêmes si le choix de la ES m’était également accessible si je le souhaitais.
J’ai eu une sorte de déclic. J’avais la possibilité de travailler les matières que j’aimais tout en continuant mon apprentissage en maths en prenant l’option. J’ai donc choisi la L et j’ai passé deux très belles années autant d’un point de vue scolaire que de développement personnel. Je n’ai jamais regretté mon choix.

A l’issue de mon cursus, j’ai décidé de faire une école de commerce. J’avais les connaissances abstraites grâce à la voie générale et la filière littéraire, et je voulais compléter mon apprentissage par des connaissances plus concrètes dans une école de commerce.

Mais que proposent Aymeric et Simon ?

Pour la majorité d’entre vous, la filière littéraire est considérée comme la filière générale la moins prestigieuse. D’où cela vient-il ? Est-ce fondé ? Nous vous en disons plus.

Critiques et préjugé

La filière L est la filière générale qui reçoit le moins d’élèves chaque année. Pour beaucoup de lycées, le nombre d’élèves littéraires n’est bien souvent pas suffisant pour constituer une classe.

La L est également la cible de préjugés et de critiques. En effet, certains élèves intègrent la L parce qu’ils ont été refusés en S ou en ES lui fabricant ainsi une réputation d’exutoire. On pourrait d’ailleurs penser qu’une des raisons principales d’intégrer la L est l’abandon des matières scientifiques. Or c’est loin d’être toujours le cas en fonction du choix de votre enseignement obligatoire.

La filière littéraire : Pour qui ?

La filière littéraire attire les élèves qui ont des prédispositions pour la littérature, les langues et l’histoire-géographie. A travers ces deux années, ils vont construire un bagage conséquent pour leurs études supérieures notamment avec la constitution d’une solide culture générale mais aussi avec le développement de facultés telles que la rédaction, l’élocution, l’analyse, la réflexion et le sens critique.

Pour ceux doutant du niveau de mathématiques, le programme de maths de L est le même que celui des ES en 1ère et terminale (hors option maths) donc pas d’inquiétudes. Il est également possible de les abandonner en choisissant un autre enseignement obligatoire. Les choix sont multiples : langues vivantes ou mortes, arts (cinéma, danse…) ou Cirque.

Les débouchés de la filière littéraire

La majeure partie des élèves de L ont pour projet professionnel une carrière axée sur les sciences humaines : le journalisme, le droit, la politique, le domaine artistique, l’édition, etc. Mais cette liste n’est pas exhaustive.

Contrairement à ce que les gens pensent, la L possède autant de débouchés que la ES. En effet, pour ceux ayant pris la spécialité maths, vous avez la possibilité d’intégrer des écoles de commerce. Le fait que vous ayez arrêté l’économie depuis la seconde n’est pas un obstacle, comme ce n’en est pas un pour les S. Les écoles de commerce sont donc tout à fait à votre portée quoi qu’on vous en dise ! Vous pouvez également intégrer les prépas, les IEPs, les universités de droit, les écoles de communication ou d’hôtellerie…

Choisir sa filière, c’est prendre en considération son projet professionnel mais aussi ses aptitudes. Si vous n’êtes pas un féru d’économie ou de matières scientifiques, pourquoi choisir une ES ou une S ? Un bon dossier de L sera plus favorisé qu’un dossier moyen d’une autre filière. Ainsi, choisir sa filière c’est choisir la voie où l’on réussira le mieux et où l’on s’épanouira.

Mon témoignage en tant qu’ancienne L

En tant qu’ancienne L mon parcours pourra peut-être inspirer certains d’entre vous. Je voulais au départ aller en ES car c’était la filière la plus générale à mes yeux. Je n’aimais pas la physique et la SVT donc la question de la S ne se posa pas, et pour ce qui est de la L disons que je ne l’avais pas pris en compte dans mes choix.

Jusqu’à la fin de mon année de seconde, mon projet était la ES malgré mon goût peu prononcé de l’époque pour l’économie. Le doute se posa en fin d’année quand je dû faire mon choix d’orientation. J’étais une très bonne élève en anglais et en littérature et j’aimais beaucoup l’histoire. Mes professeurs me conseillèrent alors la L mêmes si le choix de la ES m’était également accessible si je le souhaitais.
J’ai eu une sorte de déclic. J’avais la possibilité de travailler les matières que j’aimais tout en continuant mon apprentissage en maths en prenant l’option. J’ai donc choisi la L et j’ai passé deux très belles années autant d’un point de vue scolaire que de développement personnel. Je n’ai jamais regretté mon choix.

A l’issue de mon cursus, j’ai décidé de faire une école de commerce. J’avais les connaissances abstraites grâce à la voie générale et la filière littéraire, et je voulais compléter mon apprentissage par des connaissances plus concrètes dans une école de commerce.

Mais que proposent Aymeric et Simon ?
Par |2018-06-25T18:31:09+00:0014 février 2018|Orientation|0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.